Programme de la Cinémathèque française novembre 2016

Cycle François Truffaut

Le mois de novembre est consacré à François Truffaut.

Le nom de François Truffaut est irrémédiablement attaché au mouvement intellectuel et cinématographique de “ La nouvelle vague”.  Mouvement né dans les années cinquante, François Truffaut, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol et d’autres jeunes auteurs portent un regard critique et condescendant sur le “cinéma de papa” et sur les têtes d’affiche de l’époque, Gabin, Martine Carol etc. La Nouvelle vague donne au réalisateur le rôle central, cinéma dit d’auteurs et veut se démarquer des films traditionnels des grands studios.

François Truffaut revient pourtant de loin. De maison de correction en centre pour jeunes délinquants, en passant par la case prison pour avoir déserté l’armée, délaissé par une mère autoritaire et un beau-père peu responsable, François Truffaut est un véritable rescapé. Son premier film, “Les quatre cents coups”, est largement autobiographique. Sauvé par André Bazin, critique et fondateur des Cahiers du Cinéma, il recueillera François Truffaut et accueillera d’autres jeunes loups dans sa revue qui se feront les dents, avant de devenir réalisateur, en écrivant des critiques acides des films de cette époque. Même si son cinéma évoluera grandement au fil des années, François Truffaut restera marqué par cette période clé de sa vie.

L’Échappée Belle vous propose quatre films pour rendre hommage à ce réalisateur.

Vivement Dimanche!, 1983, sera projeté au Ketelhuis le mardi 1er novembre

à 19:00 heures.

Barbara (Fanny Ardant) est la secrétaire de Julien Vercel (Jean-Louis Trintignant), agent immobilier. Secrètement amoureuse de lui, elle va l'aider à se tirer d'affaire lorsqu'il est accusé de deux meurtres. Julien, recherché par la police, se cache, tandis que Barbara mène l'enquête. Le film a été réalisé en noir et blanc. Truffaut reprend d'une manière volontairement caricaturale les codes du film noir des années 1950, dans les dialogues, le scénario ou le traitement de la lumière.

Vivement dimanche! est le dernier film réalisé par François Truffaut, décédé le 21 octobre 1984 d'une tumeur cérébrale. Il a été nommé pour le prix du meilleur film étranger lors des BAFTA Awards 1984 et pour les César du meilleur réalisateur et de la meilleure actrice (Fanny Ardant) en 1984.

 

Tirez sur le Pianiste, 1960, sera projeté au Ketelhuis le mardi 15 novembre à 19:00 heures.

Charlie Kohler (Charles Aznavour), pianiste dans un petit bar, commence à avoir des ennuis lorsque deux gangsters s'en prennent à son frère. Son frère Chico, poursuivi par les gangsters Ernest et Momo, vient trouver refuge auprès de lui Léna (Marie Dubois), la serveuse est amoureuse de Charlie alors que ce dernier cache un sombre passé auquel la jeune femme va tenter de le soustraire. Formidable interprétation de Charles Aznavour. Un des sommets de la Nouvelle vague et probablement le film le plus original de Truffaut.

 

Le Dernier Métro, 1980, sera projeté au Ketelhuis le mardi 22 novembre à 19:00 heures, César du meilleur film et César du meilleur réalisateur.

Paris, septembre 1942. Lucas Steiner, le directeur du théâtre Montmartre a dû fuir parce qu’il est juif. Sa femme Marion Steiner (catherine Deneuve) dirige le théâtre et engage Bernard Granger (Gérard Depardieu), transfuge du Grand Guignol, pour jouer à ses côtés dans « la Disparue », que met en scène Jean-Louis Cottins. Jusqu’au soir de la générale, la troupe subit les menaces du virulent critique de « Je suis partout », Daxiat, dont l’ambition est de diriger la Comédie-Française.

Lors de la 6e cérémonie des César, le film remporte un triomphe, obtenant dix César (dont les cinq plus prestigieux), notamment ceux du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur acteur et de la meilleure actrice pour Gérard Depardieu et Catherine Deneuve.


Les Quatre Cents Coups, 1959, sera projeté au Ketelhuis le mardi 29 novembre à 19:00 heures.

Premier film de François Truffaut, ce film est très largement autobiographique. C’est aussi le premier film de ce qui sera appelé la Nouvelle Vague, son succès révèle le jeune réalisateur au grand public En 1959, Truffaut tourne Les Quatre Cents Coups. Le film avait d'abord été imaginé comme un court métrage d'une vingtaine de minutes qui se serait intitulé Antoine prend la fuite. L'intrigue était alors centrée sur l'épisode où Antoine, après avoir fait l'école buissonnière, raconte à son instituteur que sa mère est morte et prend la fuite après que ses parents ont découvert son mensonge. Le film remporte le prix de la mise en scène au festival de Cannes la même année et devient un succès, ouvrant la porte au mouvement de la Nouvelle Vague et à sa carrière mondiale. Avec 3,6 millions d'entrées, le film est un immense succès public.

Film pour les enfants

Aya de Yopougon, 2013, sera projeté au Ketelhuis le mardi 8 novembre à 19:00 heures.

Ce film est projeté dans le cadre de la troisième  journée de la langue française aux Pays Bas. La bande dessinée dont il est une adaptation a été étudiée dans près de 400 établissements scolaires aux Pays Bas.

Aya de Yopougon est un long métrage d'animation français réalisé par Marguerite Abouet et Clément Oubrerie. Ce film est une adaptation de la bande dessinée réalisée par les mêmes auteurs.

Fin des années 1970, en Côte d’Ivoire à Yopougon, quartier populaire d’Abidjan. C’est là que vit Aya, 19 ans, une jeune fille sérieuse qui préfère rester étudier à la maison plutôt que de sortir avec ses copines. Aya partage ses journées entre l’école, la famille et ses deux meilleures amies, Adjoua et Bintou, qui ne pensent qu’à aller “gazer” en douce à la nuit tombée dans les maquis. Les choses se gâtent lorsque qu’Adjoua se retrouve enceinte par mégarde.